Collector

Quelque chose est passé. Comme le liquide de l’intraveineuse. De corps à corps. D’âme à âme. De cœur à cœur.
La maison vide ne l’est pas, ne le sera pas, et je lui souhaite volontiers un nouveau destin. Bientôt. Il est presque temps de passer le relais, ce que la masure a toujours su faire depuis son bord de route, traversant les âges, se reconstruisant après-guerre, se rénovant fin des années 1970.
Une maison tend-elle les bras, du haut de ses tuiles ? Il me plaît de le croire. De le projeter. Car nous n’en sommes (heureusement) pas (encore) là.

Lire la suite