Qué dégringola la liberta et la contaminacion

Ce n’est pas nouveau, ce n’est pas une information : cette « époque » – qui n’a plus rien d’épique avait chanté il y a fort longtemps déjà Léo Ferré en mode Préface – est de plus en plus irrespirable. Agaçante. Fatigante et chiante comme la Léa de Louise Attaque.
Cela fait plusieurs semaines, mois, que je « stocke » cette sensation avec l’envie, un jour, d’en dire quelque chose. Le moment est venu. Hier. Comme une goutte d’eau en plein soleil. En moins rafraîchissant.
35° dehors en Lorraine. Pas un pet de nuage. Et sur l’autoroute, réguliers, pénibles, ces mêmes « alertes : MÉTÉO ATTENTION, risque d’orages, soyez vigilants ».
Pas de quoi péter un câble, je le reconnais.
Mais largement de quoi penser plus fort encore : MAIS FOUTEZ-NOUS LA PAIX !!!
Putain, depuis le Covid, peut-être avant mais je ne m’en étais pas perçu, c’est que des injonctions comme ça qui tombent sur la pauvre cabessa des citoyens.
Tout devient matière à le charger, ce pauvre citoyen : va voter, vote comme ça, il pleut attention, il fait chaud attention, protège la planète, isole ta maison, pense à tes vieux jours, change de voiture, mange 5 fruits et légumes, arrête la viande, dénonce les porcs, pleure les morts, vénère hier, oublie aujourd’hui, pense à demain, éduque tes enfants, gère le numérique, change de mot de passe, met à jour ton application, va te faire vacciner, attention si tu sors aux piqûres, les voitures en ville c’est pas bien. Vraiment super !
On se sent bien, partout où l’on va.
Forêt interdite, site interdit, sentier protégé, chantier sous alarme, vidéosurveillé tu es, non, pas ici, non pas là, pas comme ça, chemin fermé feux de forêts. Met un masque, met pas de masque, remet un masque. Fume pas, roule pas. Travaille, travaille pas, télétravaille, télétravaille mais pas trop. Consomme moins, consomme pas pareil, achète local, le reste viendra de Chine. Arrête avec tes poubelles, tu génères trop de déchets, les mails c’est pas bien.
Va dans ce magasin, pas dans celui-là. Nom de Zeus !
Qué dégringola la liberta !
Qué augmenta la pollucion ! Et la contaminaction !
Qué bordela dans les casas !
Car le pire, au fond, c’est pas uniquement la multiplication de toutes ces entraves. C’est le cumul des peines. Maintenant qu’alentour, tout le monde est médecin, météorologue, écologiste, géopoliticien, etc. Aux injonctions gouvernemantales, mondiales, régionales, départementales, municipales, intercommunales, médicales, médiaticales, verticales, diagonales et horizontales s’ajoutent les donc injonctions amicales, collégiales, familiales.
Mille milliards de mille sabords.


Une réflexion sur “Qué dégringola la liberta et la contaminacion

  1. Oh comme j’aimerais qu’Olivier lise ce texte, ton texte, peut être qu’il arriverait alors à mieux comprendre ce que j’ai tenté de lui dire hier ?
    C’est exactement ce ral le bol ressenti par ma peau, mon cœur,mon âme et tout mon être finalement. Besoin de crier, même, parfois  » foutez moi la paix, je veux encore rêver ».

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s