Je resterai ici, dit le chanteur. Je resterai là.
Cet ici résonne à sa façon chez chacune et chacun. Ce là aussi.
Où est-il, cet ici, ce là ?
Quel est-il ?
Qu’évoquent au fond ces trois petites lettres, ces deux lettres même, si intimes, si puissantes dans leur pudeur et leur dénuement ?
Tu es où, demande celui qui cherche. L’enfant qui joue. Le célibataire qui pleure. Ce couple farceur.
Il est puissant aussi, ce où. Et ce tu.
Oui : toi, tu es où ?
Même toi qui est là. Qui est ici.
Diantre, si peu de lettres pour taire l’essentiel pendant que tant de mots se déversent de partout, à en perdre la tête ! Si peu de lettres, oui ! Car après, juste derrière, ou devant, que reste-t-il d’autre qu’un silence ?
Le silence. Celui de chacune et de chacun. Celui de la question qui flotte dans l’air. Ou de la réponse qui n’arrive pas.
Ce silence qui ne peut rien dire, ou au contraire, en dire tellement.
Ce silence qui ne se perce pas comme cela, d’une chiquenaude, et qui parfois, ne se perce justement pas. Il est mur. Il peut-être océan. Horizon. Ici. Là.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s