Jeux de société

Finalement (j’adore les textes qui débutent par finalement), regardez bien cette image.
C’est tout ce à quoi nous « jouons » en ce moment. En même temps.
Sauf que ce n’est pas un jeu. Et que ce n’est pas évident de jouer le tout pour le tout.

D’abord, d’abord, il y a les cartes.
Des rois, des reines, des valets, des belote et rebelote, des jokers, des atouts, des excuses. Pas encore de dix de der en vue, mais des carrés et des tiers à la suite. Comme des coups de dès. Le grand hasard comme rime avec grand bazar. Coups de dés dans l’eau. Lancers de dés de toutes sortes : les dés odorants, les dés miurges, les dés testables.
J’en passe et des meilleurs. Poker menteur. Yams sec.
Ensuite, on sort les biftons. Les planches à billets. Il y a un côté « Monopoly », le passage par la prison, la police. Il y a du « Richesses du Monde » sans oublier « La bonne paye ». Puissance 4.
Si on est du côté des qui jouent, à la bourse, à la vie, la roulette tourne dans leur sens, ils ont la thune pour surfer sur cette étrange partie. Sans vague à l’âme. Juste se frotter les mains. Se bourrer les poches. Le pif. En cachette. Masqué.
Si on est côté qui gagne perd, 100 % des perdants à cette grande loterie mondiale n’ont pas forcément les bons tickets. Ils ont les jetons. Car à force de jouer à tout en même temps, les règles des jeux s’emmêlent les crayons.
Ce n’est pas sans risk. Il y a aussi, bien sûr, un côté « Echec ». Des fous, des tours, des reines. C’est souvent cavalier, d’ailleurs, le jeu de dames, surtout en ce moment.
On se prend le cranium, c’est rien de le dire, dans cette Triviale poursuite. Questions, réponses. Qui est-ce ? Est-ce que vraiment dessiner c’est gagner ? On mène l’enquête, on traque l’énigme : est-ce le professeur moutarde, dans la véranda, vraiment ?
Parfois on sait, parfois pas. Enfin si : on sait qu’on sait pas mais on sait pas toujours ce qu’on ne sait pas. On tente les mots qui comptent, double, triple, ou alors on fait des dessins. Mieux que de longs discours.
Depuis mars, parfois à 1 kilomètre de chez soi, parfois plus, on est embarqués dans un mille bornes. Minimum. Feu vert. Feu rouge. Pneu crevé. Mais Noël approche, le jeu de l’oie (gavée) va être préservé. Les sapins sentent bons et s’enguirlandent joyeusement. On a les boules. Mais elles clignotes. Elles sont dorées, argentées, rouges. A chacun son étoile. Des neiges.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s