Chroniques en direct / Intrications Cantiques (Watine)

Ce matin, j’écoute l’album de Catherine Watine, INTRICATIONS QUANTIQUES – QUANTUM ENTANGLEMENT.
C’est une balade davantage qu’un voyage.
Une balade que l’on connaît bien mais que les oreilles prudes n’oseront peut-être pas entamer et c’est bien dommage.
Il y a de la plume dans l’encre bleue, sur ce cahier de notes. La pianiste semble flotter dans les airs ou les eaux, c’est selon, et sous réserve que l’on puisse emporter et jouer du piano dans les fonds marins.
Avec cette album, la dame nous offre un univers qui nous parle sans autres mots que le titre de l’album et ceux des six morceaux qui le composent : Eros & Thanatos ; Blurred Shapes ; The Lighthouse on the edge ; Still Waters Run Deep ; Rustling Forest ; Interstellar un-ravel. Chaque pièce de l’édifice pourrait être un nom que l’on aurait donné aux arbres et aux rochers qui ont été semés il y a bien longtemps sur ce chemin. Et auprès desquels on s’arrêterait pour prendre quelques instants.
Ces intrications cantiques – littéralement ce phénomène dans lequel deux particules (ou groupes de particules) forment un système lié et présentent des états dépendant l’un de l’autre quelle que soit la distance qui les sépare – sont un chemin que l’on pourrait emprunter les yeux fermés ; les chemins s’empruntent, en effet. Ils ne se donnent pas, ils ne se prêtent pas, ils se partagent.
Précision ; les yeux fermés du plongeon en soi. Les artistes sont des capteurs. Ils ont cette capacité, à travers eux, de nous dire qui nous sommes.
Voilà un album méditatif hors du temps qui prend son temps, comme s’il s’agissait de recoller des morceaux qui juste se décollaient. Ou de se souvenir. De ne pas lâcher le lien.
Parole à la musique, aux sons, en forme de traversée mélodieuse et bruitiste, les yeux fermés n’empêchent pas bien au contraire les oreilles aux aguets.
Je vous en recommande l’écoute, un jour où vous désirerez vous offrir environ 45 minutes d’exploration intime. Avec le fabuleux bolero final que je vous laisse découvrir…
Le disque peut s’acheter et se commander ici : bandcamp.

#musique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s